Ne fermez pas le cercueil
de
Philippe CAURE

Les textes

Les auteurs

Les éditeurs à compte d'éditeur

Les sites d'auto édition (édition à compte d'auteur)

La publication

Les droits

Les réprésentations

Le reste du monde

A propos du site

Contact

 


GenreComédie
PublicAdultes et adolescents
TroupeAdultes
ThèmesChronique familiale, Retrouvailles, Succession
Durée110 minutes
Distribution(s)4H 4Fe    4H 5Fe    
Explications
Distribution modulableOui
VersifiéNon
Jouable par des enfantsNon
Jouable par des adosOui
Nombre d'interprètes
handicapés moteur possibles
1
Explications
CostumeContemporains
DécorDe nos jours, le salon d'une maison particulière en campagne.
Niveau de langueC1 - Autonome
Explications
SynopsisOn enterre Albert. Sa femme et sa sœur reçoivent chacune une lettre révélant l'emplacement d'un magot. Albert à  voulu se venger des deux femmes, dont l'une était infidèle et l'autre avec qui il était brouillé. Les deux rivales vont chercher la réponse dans le cercueil. Mais comment l'approcher ? La nièce du défunt, voudra calmer les 2 femmes, avec son petit ami qui aimerait aussi trouver le magot.
Droits d'auteur pour les représentationsSACD
Représentations
(amateurs)
2 créations (10 représentations) passées ou à venir
Site de l'auteurhttp://www.piece-de-theatre.com
Commentaire de l'auteurUne comédie très agréable à  jouer, fleuretant parfois avec un peu d'humour noir. Dans la lignée des grandes pièces de boulevard avec ses rebondissements qui ne manqueront pas d'enthousiasmer le public.
Publication sur le site24/05/2006
Le texteTélécharger le texte
Contacter l'auteurphilippecaure@gmail.com
ou
Formulaire de contact de l'auteur
L'autorisationDemander l'autorisation à l'auteur
ou
Demande d'autorisation en ligne sur le site de la SACD pour les amateurs
ou
Demande d'autorisation en ligne sur le site de la SACD pour les professionnels
Galerie photosVisionner les photos

 

Les textes du même genre (Comédie)

Les textes sur le même thème (Chronique familiale, Retrouvailles, Succession)

Les textes du même auteur (Philippe CAURE)